Pourquoi mon livre est sur Amazon et pas en librairie

joli cette image non? bravo à sa créatrice ou son créateur

Mon livre de jardinage est auto-édité par moi-même. Mes moyens étant très limité – mais pas nuls grâce aux plateformes dédiées à cette activité, je fais ce que je peux . J’ai d’ailleurs eu la naïveté de croire que j’allais peut-être gagner un peu d’argent avec ça. bien sûr, c’était une erreur ridicule.

Bien sûr, j’aurais préféré  vendre mon livre en librairie, avec une fabrication 100% française, pour préserver nos emplois, nos savoir faire, etc. Mais à vrai dire, j’ai bien essayé, et même pas qu’un peu, je me suis démené, et je n’y suis pas parvenu, ou alors pas complètement. J’y ai passé beaucoup de temps, pour un résultat moyen, et pas un exemplaire vendu.

Si vous souhaitez vraiment acheter une version en librairie, vous trouverez bien mon livre mais sur commande. De surcroit il s’agira d’une l’édition antérieure qui ne bénéficie pas des mise à jour et modifications de la nouvelle édition. Vous pouvez aussi trouver ces anciennes versions publiées chez Bookelis ou Chapitre.com sous le titre  » je cultive mon jardin potager au naturel ».

Je ne me sens pas le courage pour l’instant de refaire ce parcours épuisant de l’auto édition made in France.

Par ailleurs Amazon propose un service d’autoédition assez simple d’utilisation et offre un résultat satisfaisant sur le plan du produit obtenu. C’est donc la raison de mon choix.

Je reste bien sûr inquiet quant au modèle hégémonique qui est peut-être en train de se mettre en place, mais c’est un sujet plus global qui concerne toute la société, et pas seulement cette firme.  Par ailleurs publier un livre sous bannière qui ne permet d’en vendre n’arrange rien au problème.

Le mieux aurait été pour moi de déléguer ces aspects  à un éditeur, afin de me consacrer à plus à l’écriture et surtout au jardin, parce que c’est quand m^me le jardin qui m’anime. Mais comme ça me semble compliqué, et bien…

http://olivierbonvin.fr/livre-pour-le-jardin-potager-bio

Livre pour le jardin potager bio

J’ai écrit un livre à l’usage des jardinier bio. Il est plutôt orienté pour les débutants qui veulent profiter de l’expérience d’un jardinier. Néanmoins il propose à travers 126 pages d’aborder quantité de sujets, et il contient aussi quelques fiches de cultures pour des légumes usuels.

j’espère qu’il sera utile et agréable. Il s’agit d’une nouvelle version augmentée qui reprend pour partie mon précédent livre.

Vous pouvez trouver ce livre sur Amazon.

 

http://amzn.to/2CkJ8iz

 

la vigne en 2016

Je n’utilise pas de désherbant. Voilà le résultat. c’est joli, mais ça demande du travail.

Cep de vigne
Cep de vigne dans l’herbe
Cep de vigne dans l’herbe
Vigne enherbée

Mes centres d’intérêt

Je m’intéresse à différentes choses.
D’abord, je suis ouvrier électricien, (technicien de maintenance à présent). Ensuite je suis jardinier amateur, comme on dit. je fais pas mal de légumes. J’essaie d’élever des abeilles ( je ne sais pas ce qui m’a pris). Je fais aussi un peu de vin, c’est à dire que je cultive une vigne que je loue en fermage. Tout celà en bio, enfin je n’ai pas le label, question de moyens et de surface un peu faible, mais c’est même plus que bio. j’ai aussi écrit un petit livre de jardinage basé sur mon ancien blog de jardin https://lejardindoliv.blogspot.fr/.
j’ai aussi réfléchi à la vie, j’ai tenu un blog un peu plus philosophique et personnel, bref je m’intéresse, je me questionne, et j’étudie.
En réalité, à y bien réfléchir, et si j’en avais les moyens, j’aimerais bien faire du cheval, de la plongée sous marine, des rando, du ski, du parapente, de la chute libre, une expédition avec Mike Horn, du surf, et beaucoup d’autres choses encore. Ah oui, aussi faire un bisou à ma doudou.

Belle journée, bien travaillé

Il a fait chaud

Jusqu’à trente degrés, et même plus, hier. tellement beau, que j’ai attrapé un coupe de soleil.

Bouillie bordelaise

J’ai travaillé dans la vigne, pour faire notamment une application de bouillie bordelaise et de soufre. Idéalement, j’aimerais bien ne mettre aucun produit, mais c’est malheureusement presque impossible aujourd’hui, sous peine de perdre la récolte à cause du mildiou. Un jour viendra ou ce problème sera résolu, mais en attendant, pas le choix, il faut traiter. traiter peu, avec des produits le moins toxiques possibles, compatible agriculture biologique, mais il faut le faire.
Celà m’a pris 4 heures, avec un petit pulvérisateur de jardin., et avec environ 60 litres d’eau.
La vigne pousse, mais on sent qu’il lui manque quelque chose, de l’eau sans doute. les feuilles sont vert clair, 6 ou 7 feuilles bien développées, et la grappe qui se détache.
L’herbe commence a être haute, il va falloir tondre. c’est bien le problème, je n’ai pas machine qui passe facilement dans ce terrain pentu, à la végétation diverse. C’est la difficulté quant on se refuse comme moi à utiliser du désherbant.
je n’ai pas de photo, car pas d’appareil pour en faire en ce moment. En tout cas, la vigne est très belle dans son ensemble.

Perte d’une ruche

Une ruche est morte malheureusement. elle semblait en pleine santé hier, mais là, plus rien, vide. Je l’ai ouverte, ça sentait bon le miel, et les abeilles. pas de trace de maladie, mais par contre une bestiole à laissé des traces de son passage. La cire est détruite, ça fait comme un chemin. les fourmis finissent de se régaler des restes. Dur dur l’apiculture. Depuis 4 ans que j’ai commencé, je n’ai pas encore pu récolter un pot de miel.

La vigne en 2015

J’ai commencé la culture en 2015. je n’y connaissais rien, ou à peu près.Un des gros travail de la vigne, c’est la taille. J’ai commencé un peu au feeling, j’ai écouté les conseils de mes voisins, et j’ai aussi suivi une petite formation de quelques jours sur la « taille non mutilante ». J’y ai appris les flux de sève, les différents modes de taille, et beaucoup d’autres choses.
Si’ javais une vigne à planter, je la planterai avec l’optique de la faire monter un peu plus haut que ce qui se pratique dans le beaujolais actuellement;
J’ai reçu quelques coups de mains, de personnes rencontrées en diverses occasions;

J’ai eu de la chance, 2015 a été une très bonne année pour la culture de la vigne. Elle nous a offert de l’eau au printemps, beaucoup de chaleur l’été. la vigne n’a pas été malade.

Pendant ce temps, au jardin les lapins grossissent


Le temps des vendanges est venu, nous avons récolté le raisin, avec l’aide de la famille, et de deux amis.
Il n’y en avait pas beaucoup, mais c’est quand m^me du travail. à peine 600 kg là ou on en attend 10 fois plus.

Je n’ai pas d’images de ce moment.
J’ai ensuite vinifié le raisin chez un vigneron bio, qui a eu la gentillesse de me laisser un peu de place, et qui a bien voulu partager avec moi un peu de son savoir-faire.
Celà m’a permis de m’occuper de mon raisin simplement.
j’ai finalement sorti une bouteille de la cuvée au printemps 2016.